Communion des âmes

L’hiver souffle au dehors son haleine glaçante

Mais mon cœur est si chaud sous tes mains refermées…

Des lettres, des photos sur le sol essaimées 

Sont l’armure qui vainc la peine lancinante.

A tes lettres d’amour, dans la boîte de fer

Je puise le secret de ma force présente 

Elles furent violence au début de l’enfer

J’y trouve maintenant une douceur constante.

Tes mots chantent pour moi la romance éternelle

D’un amour qui ne veut succomber au grand froid

De la mort, survenue impavide et cruelle 

Mais qui n’a su briser nos promesses, tu vois !

Belles lettres d’amour, adorables serments

Quel trésor à mes yeux, quelle douce complainte

Où se  berce mon cœur quand l’angoisse le prend