L’hiver venu

L’hiver venu …

De son membre vainqueur il célébrait l’audace

Et, fier  comme Artaban, proclamait sa vigueur

Mais l’hiver est venu qui gèle toute fleur 

Et le voici vaincu par l’âge qui le glace ! 

De l’appendice triomphant qui faisait sa force et sa gloire 

Il ne reste plus, ô  mémoire , que des souvenirs lancinants

Qui génèrent des idées noires qu’il faudrait celer dans l’armoire 

Entre les beaux draps de lin blanc témoins de tant et tant d’histoires ! 

Et la sagesse voudrait que, dans le suaire de l’oubli 

Il ensevelisse à jamais les exploits de ces belles guerres

Qui,  d’aussi loin qu’il s’en souvienne,  lui firent chavirer naguère 

Tant de sublimes caravelles  naviguant  au creux de son lit ! 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s