Douce vache

De son mufle rosé qui va, bavant dans l’herbe

Tombent de longs filets ténus et scintillants
Qui sur le bord du pré où se couchent  des  gerbes
Laissent un beau feston de perles et diamants.
La vache en majesté qui relève la tête
De soleil couronnée , la queue fouettant les flancs
Titillée par les taons ou par quelque autre bête
Dédaigne  de se plaindre , avançant lentement
La vache vénérée, trésor du paysan
Broute ainsi tout le jour,  en ruminant , altière
Et le soir vient la voir dormir paisiblement
Rêvant de prés  bien gras au chaud  de salitière .
O vaches de nos champs, belles vaches laitières
Notre enfance est pendue à vos cornes jolies
Le lait bourru  coulait des trayons de vos pis
Et nous le dégustions assis sur nos derrières
Dans l’étable au parfum d’urine et d’excréments
Nos petits nez humaient le fumier, dont la terre
Ouverte en beaux sillons par le vaillant araire
Se gorgerait demain dès le soleil levant !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s