Les réfugiés

Il papillotait des nuages dans un grand ciel piqué d’azur
Les anges se vêtaient d’or pur scintillant sous l’enclos des branches
Dans l’étable l’âne soufflait, prenant en pitié la détresse
De ces réfugiés de la veille surgis d’horizons inconnus
Le petit gigotait tout nu près du sein gonflé de sa mère
Le bon lait d’infinie tendresse réconfortait le nourrisson
Toutes les bêtes dans l’étable avaient un peu la larme à l’œil
Soufflant, piétinant en silence car en ce jour saint, point d’orgueil
L’étoile au ciel conduit la foule vers la plus humble pauvreté
On ne sait pourquoi l’on s’incline devant cet enfant nouveau-né
Mais le peuple venu, devine qu’un jour nouveau va se lever …

2 thoughts on “Les réfugiés

  1. Jean Tantou says:

    Alors voilà que les réfugiés ont trouvé à crécher ? Pourvu que ce bambin n’apprenne pas à manier les bombes et la kalach’ !
    Il venait d’Égypte, où les crèches en ce moment sont mal vues !

  2. azurgolfe says:

    On ne peut refaire l’histoire, mon pauvre Jean !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s