Et pendant tout ce temps

Et pendant tout ce temps où nous sommes heureux

Alep agonisant n’est que flammes et ruines

Images insensées proposées à nos yeux

Qui n’osent accepter ce que l’esprit devine

Maisons incendiées, tant de vies qui s’arrêtent

Trop d’enfants horrifiés par le sang répandu

Trop de cris de terreur résonnant dans leur tête

Quand l’enfance pour eux est à jamais perdue !

Si nous nous indignons devant de tels carnages

Nous protestons en vain, nos cris sont impuissants

Faut-il donc que l’horreur perdure à tous les âges

Et s’acharne à jamais sur tous les innocents ?

Advertisements

5 thoughts on “Et pendant tout ce temps

  1. Oui, certes, mais hélas sont-ils tous innocents ou y a-t-il un tragique mélange avec des coupables assassins ?

  2. Michèle says:

    Bonjour Marcek..
    Comme je suis contente de retrouver ta trace ☺
    Quant à ton poème, nos mots sont-ils assez puissamment criés pour qu’ils soient entendus et que cessent ces horreurs…
    Je te laisse un peu chercher mon identité enfin mon ancien pseudo.
    Je te souhaite une excellente soirée
    Je t’embrasse

  3. azurgolfe says:

    Je ne te quitte plus, na !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s