Misère

Vivre petitement, épargner le chauffage
Lorsque pourtant l’hiver mord aussi froidement
Réduire l’appétit déjà calmé par l’âge
Et pour moins dépenser, ne plus être gourmands

Souvent rester sans dents et même sans oreilles
Vivre le dénuement sans comprendre comment
Au terme d’une vie de labeur et de veilles
La société vous lâche aussi cruellement…

Vivre au seuil de Noël sans entrer dans la fête
Ne pas oser aller mendier quelque soutien
Seule la dignité fait redresser la tête
A ces vieux de chez nous, traités comme des chiens !

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s